Les 10 commandements de la typographie

5 août 2014 à 0:01

Cela vaut ce que cela vaut, mais cette iconographie propose les 10 règles suivantes:
1. Connaissez vos familles de caractères (GHOTMS: Geometrique, Humaniste, Old Style, Transitionnel, Moderne, Slab Serif)
2. Combinez une sans-serif avec une serif
3. Et réciproquement
4. Combiner deux caractères proches n’est pas cool
5. Le contraste est clé
6. Restez en à 2 caractères. 3 uniquement s’il le faut.
7. Ne mélangez pas des caractères d’humeurs différentes
8. Mélangez des caractères d’humeurs identiques ou de la même période historique
9. Utilisez les différentes graisses d’un même caractère
10. Et surtout évitez les caractères suivants: Comic Sans, Papyrus, Curlz, Viner, Kristen, …
10 commandements de la typographie
Source: The 10 Commandments of Typography

Typographie des années 1930

16 mai 2013 à 12:00

Typo des années 1930

Dans un dossier politico-historique établissant des parallèles entre la situation de crise de la France dans les années 1930 et les années 2010, le Nouvel Observateur du 18 avril 2013, a utilisé des polices de caractères évoquant ces années difficiles. En l’occurence:

  • Bifur pour la mention « dossier » en haut de la page. Le Bifur est un caractère Art Déco dessiné par le graphiste et affichiste AM Cassandre en 1929 pour la fonderie Deberny & Peignot. Il est entièrement composé de lettres capitales et devait permettre d’organiser de grandes masses architecturales. Son côté peu lisible fut à l’origine de son faible succès commercial (à l’époque).
  • Peignot pour le titre de l’article. Le Peignot a également était dessiné par AM Cassandre pour la fonderie Deberny & Peignot. Elle a été lancée durant l’Exposition universelle de Paris de 1937 et a été utilisée par Paul Valéry pour les inscriptions ornementales des deux tours du Palais de Chaillot au Trocadéro. Le caractère Peignot fut largement utilisé pour les catalogues et la signalétique de l’expositon.
  • Mistral pour les titres des encarts. Le Mistral est un caractère typographique dessiné par le graphiste français Roger Excoffon pour la fonderie Olive en 1953 (donc pas vraiment les années 1930). C’est une typo basée sur l’écriture manuscrite de son auteur. Son utilisation uniquement en lettres capitales n’est pas des plus orthodoxes (graphiquement parlant).

En savoir plus : article consacré à l’art typographique de AM Cassandre.

Serif vs. Sans Serif

25 avril 2013 à 19:43

Le débat est ancien et se focalise sur le principal élément différenciant d’un caractère typographique romain traditionnel: la présence ou non d’empattements. Une fois n’est pas coutume (la typographie inspirant peu les producteurs d’infographie), une petite infographie censée résumer le débat a été éditée récemment par UrbanFonts.com. Elle prête à controverse (réserver les linéales pour le web est un tantinet simpliste) mais a le mérite d’exister.

Serif vs. Sans Serif

Repéré via Graphisme & interactivité