Mots-clés :

Budapest orange

3 août 2013 à 18:20

Pour illustrer le séminaire annuel qu’il organise en 2013 à Budapest avec ses grands clients, Orange Business Service a utilisé en guise de logo une silhouette du Parlement hongrois qui longe le Danube. Le monument est assez caractéristique et à ce titre peut être considéré comme emblématique de Budapest à l’image du Pont Charles pour Prague.
Parlement, Budapest

Des images de guerre mondiale: World War Z & le Secret de l’Espadon

28 juillet 2013 à 22:15

Barcelone, World War Z Berlin, World War Z Londres, World War Z Mexico, World War Z Moscou, World War Z New York, World War Z Paris, World War Z Rio, World War Z Rome, World War Z Sydney, World War ZLes affiches du dernier film de Brad Pitt, World War Z, présentent des vues des capitales emblématiques de la planète dévorées par les flammes. Cette vision d’apocalypse met graphiquement en scène des monuments touristiques aisément reconnaissables afin de permettre une identification rapide de la ville concernée. A savoir : Barcelone, Berlin, Londres, Mexico, Moscou, New York, Paris, Rio de Janeiro, Rome et Sydney.

L’histoire derrière en revanche n’a rien de très original et met en scène une guerre civile mondialisée liée à l’infection d’êtres humains rendus fous et semant le chaos sur la planète.

D’un point de vue graphique, ces scènes de villes en flammes, rappelle des scènes similaires visibles dans le Tome 1 du Secret de l’Espadon de Blake & Mortimer (La Poursuite fantastique) en plan plus rapproché représentant Bombay, Rome (« la ville éternelle »), Paris (« la ville lumière ») et Londres (« l’orgueilleuse métropole »).

Blake & Mortimer

Un homme debout (Turquie encore)

26 juin 2013 à 15:33

Duran Adam, Turquie
Interdits de manifester, les jeunes Turcs ont trouvé une autre manière de protester. A l’origine, il s’agit d’une initiative tu chorégraphe Erdem Gunduz qui avait prévu initialement de rester debout, le corps figé sans parler, un mois en alternant périodes d’immobilités et périodes de repos. Repris sur les réseaux sociaux sous l’intitulé « Duran adam » (l’homme debout), ce mouvement s’est répandu comme une trainée de pourdre excitant la créativité de graphistes.

Duran adam Duran adam
Duran adam
Duran adam